Un potager bio sur mon balcon

Cultiver un potager biologique en ville, recycler ses déchets, favoriser la biodiversité,
s'évader au coeur d'un jardin de senteurs et ... tellement plus !

Cela vous tente ? Ce site est fait pour vous

Débuter

Lorsque l’on a aucune expérience du jardinage, le mieux est de commencer par acheter :

Une fois que l’on s’est procuré les ingrédients précédents, on commence par découper le feutre pour qu’il remplisse le fonds du pot (il empêche les billes d’argile de passer à travers les trous du pot) :

A gauche un pot en plastique avec les trous au fonds, à droite on découpe un morceau du feutre à placer au fonds du pot

A gauche un pot en plastique avec les trous au fonds, à droite on découpe un morceau du feutre à placer au fonds du pot

 

A gauche le morceau de feutre découpé à la bonne taille, à droite le feutre empêchera les billes d'argile de sortir

A gauche le morceau de feutre découpé à la bonne taille, à droite le feutre empêchera les billes d’argile de sortir

On met ensuite un couche de 1 à 2 cm de billes d’argile (elles permettent de drainer l’excédent d’eau et évitent aux racines de pourrir) :

On remplit ensuite le fonds du pot avec 1 à 2 cm d'épaisseur de billes d'argile

On remplit ensuite le fonds du pot avec 1 à 2 cm d’épaisseur de billes d’argile

 

On replace une couche de feutre qui empêche le terreau de se mélanger avec les billes d’argile et de boucher le fonds du pot :

On replace une couche de feutre au dessus des billes d'argile pour éviter que le terreau ne se mélange aux billes et empêche le drainage

On replace une couche de feutre au dessus des billes d’argile pour éviter que le terreau ne se mélange aux billes et empêche le drainage

 

 

On remplit le pot de terreau (dans un premier temps on peut acheter du terreau ordinaire, ensuite on pourra optimiser en le mélangeant avec du lombricompost) en le tassant légèrement :

On rajoute ensuite du terreau (à gauche) et du lombricompost (à droite), en quantité équivalentes (si l'on veut un substrat plus riche (par exemple pour des tomates), il faut augmenter la quantité de lombricompost)

On rajoute ensuite du terreau (à gauche) et du lombricompost (à droite), en quantité équivalentes (si l’on veut un substrat plus riche (par exemple pour des tomates), il faut augmenter la quantité de lombricompost)

 

 

On fait un trou de la taille de la motte dans le terreau :

Une fois que le pot est rempli (le substrat est tassé légèrement), on fait un trou de la taille de la motte

Une fois que le pot est rempli (le substrat est tassé légèrement), on fait un trou de la taille de la motte

 

Ici on veut repiquer un plant de stévia (les feuilles de la stévia, peuvent être consommées fraîches ou sèches, une fois séchées et broyées elles peuvent être utilisées à la place du sucre, sans les inconvénients de celui-ci ) :

Plan de stévia à repiquer

Plan de stévia à repiquer

On enlève le plant de son godet (en renversant le godet, en tenant la plante de la main gauche et en pressant sur les bords avec la main droite jusqu’à ce que la motte sorte sans difficulté du godet) :

 

On tient la plante renversée dans la main gauche, à droite le godet a été enlevé

On tient la plante renversée dans la main gauche, à droite le godet a été enlevé

On dispose ensuite le plant dans le trou, on tasse légèrement, on rajoute éventuellement un peu de terreau :

Mise en place du plant de stévia, on rajoute ensuite un peu de terreau et on tasse

Mise en place du plant de stévia, on rajoute ensuite un peu de terreau et on tasse

enfin on arrose et on rajoute une étiquette (on oublie très vite quelle plante on a repiqué, surtout si on ne la connaît pas encore bien et qu’on en a beaucoup !) :

 

On pense surtout à arroser abondamment (c'est ce qui permet une bonne reprise) et on rajoute une étiquette

On pense surtout à arroser abondamment (c’est ce qui permet une bonne reprise) et on rajoute une étiquette

Voilà ! c’est très facile et cela ne prend quelques minutes !

Pour tous les plants, on procède de la même manière. Dans les jardinières ou les grands bacs, la méthode est identique, il faut juste parfois mettre un couche de billes d’argile plus épaisse si l’on craint que l’eau ne stagne.

Sous le pot, il est utile de rajouter une soucoupe qui servira à éviter que l’eau ne s’écoule partout sur le balcon en cas d’arrosage trop abondant. Cela permet aussi au fonds du pot de rester humide, l’eau remontant par capillarité si besoin est (arrosage insuffisant).

On peut ainsi très rapidement connaître les joies du jardinage (voir ses plantes croître, les utiliser dans la cuisine, apprécier leur senteurs etc.), sans connaissance particulière à avoir (sur les graines, les périodes de semis, les températures de germination etc.) et sans difficulté. C’est la manière la plus facile de commencer à jardiner.

Bien que la succession d’étapes ci-dessus paraisse un peu longue, dans la pratique il ne faut que quelques minutes pour rempoter un plant de cette manière (on a d’ailleurs intérêt à en rempoter plusieurs en même temps pour gagner du temps).

Bonnes plantations !!!

 

Retour à la page d’accueil